negocier-commission-apport-affaires-1

    Comment négocier votre commission d’apport d’affaires ?

    Posted by Thierry on 18 juin 2018 10:00:00

    La commission d’apport d’affaires peut énormément varier suivant le secteur et le type d’activités dans lequel vous exercez. De nombreux facteurs entrent en compte afin de fixer la somme de votre rémunération. En effet, ce montant peut par exemple dépendre du type de besoins, de la probabilité que le contrat se signe ou pas, du niveau d’implication que vous aurez.... Voici nos conseils pour négocier votre commission d’apport d’affaires dans les meilleures conditions.

    Préparer la négociation

    On le sait, les discussions portant sur des éléments financiers sont toujours les plus difficiles à aborder. Il est donc essentiel de bien les anticiper et d’effectuer un travail de préparation en amont. En effet, prévoir à l’avance vos éléments de réponse vous permettra de proposer plusieurs solutions lors des échanges avec votre client et de vous adapter aux réactions et remarques de votre interlocuteur. Pour cela, renseignez-vous bien sur les besoins de l’entreprise. Pourquoi fait-elle appel à vous ? Quels sont ses objectifs ?

    En connaissant vos missions et en cernant les attentes de la société, vous serez en meilleure position pour négocier. N’oubliez pas également que les négociations n’interviennent pas uniquement au moment de la signature du contrat. Il est tout à fait possible de renégocier votre rémunération si vous estimez que votre travail dépasse le cadre des missions qui vous ont été confiées.

    Attention, dans ce cas de figure vous devrez être en mesure de justifier vos arguments pour mener à bien les discussions.

    Déterminer votre modèle de rémunération

    Plusieurs types de commission existent suivant le contexte et le type d’activités que vous exercez. Il est primordial de bien les connaitre afin de pouvoir mieux les appréhender et pouvoir proposer le mode de rémunération le plus adapté aux entreprises avec lesquelles vous traitez. Voici un rapide résumé des types de rémunération les plus pratiqués :

    Commissions au forfait (aussi appelées fixes) : L’apporteur d’affaires est rémunéré d’un montant fixe pour chaque nouvelle affaire. Par exemple, une agence immobilière rémunère un apporteur d’affaires 500€ pour chaque contact pouvant déboucher sur une vente.

    Commissions au pourcentage (ou variables) : La commission est calculée sur un pourcentage du chiffre d’affaires ou de la marge généré(e) par l’entreprise. En moyenne lorsque vous optez pour ce type de rémunération, les commissions avoisinent 5 à 15% du total du CA.

    Commissions par paliers : le pourcentage de la commission augmente suivant le montant de l’affaire. Par exemple, pour toute affaire pouvant générer un revenu compris entre 0€ et 500€, l’apporteur d’affaires touchera 5% du total. Lorsque le revenu dépasse les 500€, la commission passera à 10% du total, et ainsi de suite….

    On note que ces différents types de rémunération peuvent également être cumulés. Il est tout à fait possible qu’un apporteur d’affaires soit rémunéré par commissions fixes pour chaque contact pouvant générer un revenu. Puis qu’il touche une commission variable sur le montant de la vente réalisée par l’entreprise.

    Enfin, n’oubliez pas que dans tous les cas, les conditions, le type ainsi que la date et le montant de la commission doivent figurer de façon claire sur le contrat. Si vous avez des doutes, n’hésitez pas à faire appel à un professionnel qui saura vous guider dans vos démarches pour éviter tout litige en aval.

    Savoir se vendre

    Vous ne devez pas avoir peur de vous mettre en avant et de montrer vos qualités. Pensez à bien structurer votre réflexion afin de montrer à l’entreprise ce que vous êtes en mesure de lui apporter. N’hésitez pas également à vous appuyer sur des missions réalisées précédemment qui pourront illustrer vos différentes aptitudes. Vous devez persuader votre interlocuteur et le convaincre que vous méritez la commission que vous lui demandez.

    N’hésitez pas non plus à jouer sur le volet psychologique : degré d’urgence, limite d’exclusivité de vos informations… autant d’arguments que vous pouvez utiliser pour amener votre client à s’engager plus vite, à vos conditions, quitte à bluffer aussi ;)

    guide-devenir-apporteur-daffairesTélécharger votre guide

    Topics: Conseils Business