Contrat-Apporteur-dAffaire-First2trade

    Apporteurs d'affaires : 5 clés pour bien rédiger votre contrat

    Posted by Thierry Mourrain on 12 avr. 2019 09:04:52
    Thierry Mourrain

    Vous avez publié une opportunité commerciale sur First2trade et des professionnels intéressés commencent à entrer en relation avec vous pour vous l’acheter ? Parfait ! Vous en avez discuté avec eux et souhaitez mettre vos accords par écrit ? Voici les 5 points clés à connaître pour établir un contrat entre vous !


    Encadrer ou ne pas encadrer votre relation dans un contrat ?

    Au moment de conclure la vente de votre opportunité commerciale avec un professionnel, il est tout à fait possible que vous vous entendiez avec lui par oral ou par échanges d’e-mails. Dans ce cas, pas besoin de contrats entre vous !

    Cependant, vous pouvez aussi décider d’encadrer de façon plus structurée les modalités de vos accords respectifs. Et là il vous faut un contrat !

    Pour information, rappelons qu’il existe deux grands types de contrats qui vous lient avec les clients à qui vous allez vendre vos opportunités :

    • Le contrat d’apporteur d’affaires “classique”. Il régit les conditions et les règles de commissionnements de toutes les opportunités commerciales remontées par l’apporteur d’affaires. Une fois le contrat conclu, le job de l’apporteur d’affaires consiste à prospecter et rabattre vers le professionnel toutes les opportunités commerciales entrant dans le cadre du contrat. Cette situation ne sera pas discutée ici car avec First2trade, c’est l’apporteur d’affaires qui décide à qui il vend son opportunité...
      Pour information : lorsque vous vous engagerez dans ce type de contrats, veillez bien aux clauses d’exclusivité ou de non-concurrence qui peuvent vous inféoder et vous empêcher de commercer librement avec d’autres professionnels !
    • Le contrat d'apport d'affaire "à usage unique" régissant la vente ponctuelle d’une opportunité commerciale à un professionnel. Cette nouvelle approche, très récente, est rendue possible grâce au numérique et à des plateformes web de nouvelle génération comme First2trade. En effet, ces plateformes permettent maintenant à l’apporteur d’affaires de rendre visible et disponible immédiatement son opportunité afin de la vendre à tout professionnel intéressé. C’est ce cas de figure que nous allons étudier ici.

     

    Comment est structuré ce type de contrat portant sur une affaire unique ?

    First2trade a conçu un modèle de contrat type qui va permettre aux deux parties, si elles le souhaitent,  de spécifier simplement les modalités qu’elles ont validées ensemble.

    Le but de ce contrat n’est pas de s’inscrire dans la durée d’une relation ou d’un échange commercial mais bien de fixer les conditions d’achat et de vente d’une opportunité commerciale bien définie.

    Voici les grandes lignes de ce contrat :

    1. Nommer chacune des parties, parapher et signer
    2. Objet du contrat : décrire l’opportunité commerciale telle qu’elle a été publiée en ajoutant d’éventuels accords ou remarques
    3. Déclaration de l’apporteur d’affaires
    4. Indiquer la durée du contrat
    5. et le prix d’accès à l’opportunité commerciale


    Pour ne pas ralentir le processus de vente, nous conseillons aux apporteurs d’affaires d’éditer leur propre modèle de contrat pour pouvoir l’envoyer sur demande aux professionnels !

     

    Rédiger le contrat : nommer les deux parties

    Comme vous pourrez le découvrir dans le modèle de contrat proposé par First2trade, les 2 parties concernées, le professionnel comme l’apporteur d’affaires, doivent décliner leur identité et saisir leur coordonnées.

    Si vous êtes un apporteur d’affaires particulier, désignez-vous simplement avec votre nom, prénom et adresse.

    A la fin du contrat, vos coordonnées sont reprises. Indiquez le lieu, la date et apposez vos signatures respectives.

    N’oubliez pas de parapher chaque page.

    Une fois le contrat signé, le professionnel, rassuré, pourra vous régler le prix demandé selon les conditions définies entre vous dans le contrat ! 

     

    Rédiger le contrat : préciser l’objet du contrat et d’éventuels accords spécifiques 

    Cette partie est l’une des plus importantes du contrat, car elle permet de reprendre les caractéristiques de votre opportunité commerciale :

    • Titre
    • Secteur
    • Date d’expiration
    • Budget estimé
    • Etc...


    Notez qu’il s’agit juste ici de reformuler les informations que vous avez déjà publiées dans votre annonce et éventuellement les engagements spécifiques que vous avez pris lors de votre échange avec le professionnel.

    Attention : votre opportunité n’est pas encore vendue, en aucun cas vous ne devez dévoiler les coordonnées complètes de vos contacts, sauf si c’est un accord tacite entre vous et le professionnel.

    Si vous vous êtes engagé à personnaliser la mise en relation entre le professionnel et le client final, précisez ici votre niveau d’implication. (présentation lors d’un rdv, une conférence téléphonique, un déjeuner, un dîner, etc…)

    Si vous êtes apporteur d’affaires direct, vous êtes du coup aussi le client final ! Vous vendez donc aux professionnels une opportunité que vous maitrisez parfaitement puisque vous en êtes l’émetteur et le décisionnaire. Dans la plupart des cas, il faudra donner aux professionnels des gages leur garantissant la réalité de votre projet.

    Par exemple : vous vendez votre bien immobilier; vous êtes donc à la fois, l'apporteur d'affaires et le client final. Cette opportunité intéresse sacrément les agences immobilières qui vont accepter de vous rémunérer si, en échange, vous signez chez elles un mandat de vente. Il faudra donc y faire allusion dans le contrat et préciser que vous êtes d'accord pour signer le mandat de vente N° xxxxxxxxxxx. Idem si vous lancez un projet d’achat, quel qu’il soit (en tant que particulier ou en tant que service achat d'une entreprise) ! Pour qu’un professionnel s’intéresse à cette opportunité, il faudra qu’il soit conforté par votre engagement formel de lancer au moins cette démarche d'achat. Par exemple en indiquant une date ou une période dans laquelle vous aurez passé commande.

    Inversement, le professionnel ne peut exiger de vous, même si vous êtes apporteur d’affaires direct, que vous lui garantissez de remporter le marché. Vous lui donnez la possibilité de se positionner sur une affaire et de proposer ses services en vue de concourir, pas de la gagner ! Car gagner l’affaire, c’est son job, pas le vôtre ! 😉

    Contrat-Affaire-Unique-First2trade  

    Rédiger le contrat : déclaration de la bonne foi de l’apporteur d’affaires

    Pour se décider, le professionnel va avoir besoin d’éléments de réassurance car il ne vous connaît pas et, à priori,  ne connait pas non plus l'opportunité que vous êtes en train de lui proposer !

    Cette partie du contrat va donc vous permettre de lui apporter des garanties sur votre bonne foi, votre honnêteté et la légalité des données à caractère personnel que vous lui proposez. Vous pouvez bien évidemment modifier à volonté chaque paragraphe pré-rédigé dans cet article pour l’adapter à votre situation.

    Enfin, si vous vous êtes entendus pour vendre votre opportunité en exclusivité, c’est ici qu’il faut le préciser et en prendre l’engagement.

     

    Rédiger le contrat : durée du contrat

    Suite à vos discussions avec le professionnel, indiquez à partir de quelle date le contrat démarre et prend fin.

    Ce contrat étant à usage unique, c’est à dire relatif à une seule opportunité, nous avons volontairement laissé la possibilité au professionnel de pouvoir poursuivre librement une relation commerciale avec le client final. Car il nous semble que c’est de nature à le motiver pour conclure ce contrat.

    Néanmoins, en tant qu’apporteur d’affaires, vous pouvez tout à fait instaurer ici le principe d’un intéressement ou d’un commissionnement si le professionnel gagne d’autres projets intervenant plus tard chez ce même client.

    Attention cependant à ne pas être trop gourmand !🍰 🙂

      

    Rédiger le contrat : prix d’accès à l’opportunité commerciale

    Le prix d’accès est fixé par vous au moment de la publication de votre opportunité commerciale et va faire l’objet, bien sûr, d’une négociation dès lors qu’un professionnel va s’y intéresser.

    Il y a fort à parier que ce dernier veuille minimiser son risque en vous proposant de baisser le prix et de vous régler une belle commission à la fin s’il gagne le dossier. Nous vous déconseillons d’accepter cette offre car elle est difficile à suivre et à contrôler ! 🕵️

    Le but pour vous est de remonter des opportunités, gagner de l’argent avec et rendre service à des professionnels qui veulent jouer le jeu, pas de vous créer des noeuds à la tête ! 

    Il nous semble que la bonne négociation, c’est de discuter le montant du prix afin de trouver un accord qui satisfasse les deux parties, et de vous faire régler l’intégralité d’un coup, à la signature du contrat. 👍

    Eventuellement, vous pouvez accepter de vous faire payer un acompte de suite, à la signature, et le solde ultérieurement, mais dans ce cas, indiquez clairement des conditions d'exécution réalistes, vérifiables et indiscutables. Par exemple, solde payé une fois les présentations effectuées ou une fois la proposition du professionnel remise au client final... etc...

     

    Vous avez des questions complémentaires ? N'hésitez pas à parcourir les articles de notre blog, télécharger notre guide ci-dessous ou publiez maintenant votre première opportunité commerciale !

     

     guide-10-cles-se-lancer-comme-apporteur-daffaires  

    Topics: Conseils Business